Pêche à la mouche sèche en eaux rapides, ruisseaux et rivières de montagnes
par Gilles CASSAGNE

Équipement: Les bas de lignes

Les bas de ligne que j'utilise

Les considérations que je donne ici, ne sont valables que pour le bas de ligne que j'utilise dans les ruisseaux et rivières de montagne.
Pour le reste, il y a des myriades de formules plus ou moins alambiquées. Je me suis d'ailleurs amusé à démontrer que la plus aboutie d'entre elles parce qu'elle est basée sur une argumentation scientifique: le bas de ligne mathématique de J.L Pelletier, est mathématiquement fausse! (voir sous la rubrique Math-Sc).

La confection d'un bas de ligne n'est pas aisée, car elle dépend d'une multitude de paramètres comme le type de coups à jouer, la canne , la soie, le type de fil, la taille de la mouche, le type de mouche (sedge ou palmer par exemple), le vent, la façon de lancer, etc. //
Il y a tout de même deux règles simples et antagonistes:

Le point de la maniabilité est très important dans les petits ruisseaux. C'est cette maniabilité qui va vous permettre de faire de nombreux lancers impossibles à réaliser avec un bas de ligne long.
Le genre de coup réalisé dans la vidéo "contre-courant: sous les branches" ne peut se faire qu'avec un bas de ligne très court.
De même, il vous sera impossible, avec un bas de ligne long, de changer la trajectoire de l'artificielle à angle droit pour contourner un rocher ou un arbre par exemple (je n'ai pas encore la vidéo de la technique de ce coup).

Je vous donne les formules des quatre bas de ligne que j'utilise avec ma canne 9'#3 et qui me permettent d'aborder la quasi-totalité des situations rencontrées dans les rivières de montagne.

Tous mes bas de ligne ont pour base une partie d'une queue-de-rat 3X en nylon monobrin de 2,70m.

J'en garde deux en réserve dans mon gilet, au cas où je ferais une perruque inextricable avec le fil ce qui reste très exceptionnel.

Si vous débutez, mieux vaut vous contenter d'utiliser un bas de ligne rapide construit sur une partie courte (longueur du bras + poitrine par exemple) d'une queue-de-rat 5X.
Ensuite, vous pourrez toujours adapter un de mes bas de ligne à votre lancer, votre canne, vos mouches,etc. Il faudra le faire par tâtonnement en modifiant la longueur de la pointe et/ou du brin de liaison.

Mes unités de mesure.

Je suis toujours perplexe quand je vois des formules de bas de ligne données au centimètre près. Cela voudrait dire que chaque brin est mesuré à l'aide d'un mètre ruban et surtout que l'on ait anticipé, au centimètre près, la perte occasionnée par la confection des nœuds. Chapeau bas Messieurs!
Je n'ai pas cette patience...J'ai donc cherché sur mon corps des mesures qui correspondent aux longueurs dont j'ai besoin. Cela fonctionne parfaitement bien. Alors, de deux choses l'une: soit mon corps a été parfaitement conçu pour la pêche à la mouche, soit on n'est pas à quelques centimètres près!

Diaporama: mes unités de longueur.

Bas de ligne: queue-de-rat monobrin 3X.
Pointe du bdl moyen en 16/100 pour la Belle Rousse (Palmer H12), Pointe du bdl lent en 12/100 avec une araignée H16 et queue-de-rat "débutant".
Pointe du bdl rapide en 16/100 pour la Patoche (Sedge H12).
Pointe du bdl très rapide en 20/100 pour la Sasson (Palmer H08).

Ces longueurs ont aussi l'avantage d'être facilement mémorisables (mémoire kinesthésique) et reproductibles rapidement, surtout si vous nouez vos mouches au bord de l'eau. Ce que je ne fais plus depuis longtemps puisque j'utilise un dévidoir.

.