Pêche à la mouche sèche en eaux rapides, ruisseaux et rivières de montagnes
par Gilles CASSAGNE

Technique: la pose de la mouche

Estimer la distance.

Lorsque l'on a une idée précise de la position de la truite, soit parce qu'on l'a vue gober, soit parce que le poste est précisément marqué, il est important de bien estimer la distance avant d'effectuer un lancer .
Cela permet tout d'abord, d'éviter de réaliser des faux-lancers pour tirer de la soie. Ils sont juste bons à se faire repérer par les truites surtout si le courant est faible et l'eau cristalline.
Idéalement, il faudrait tirer la soie sous le moulinet avant même d'avoir effectué le moindre mouvement de canne. Avec un peu d'habitude, on arrive à de bons ordres de grandeur.
Dans tous les cas, mieux vaut sortir un peu trop de soie que pas assez. En effet, il est encore temps lors du shoot de bloquer un tir qui s'avérerait trop long. Alors qu'il n'y a plus rien à faire si le lancer est trop court.
Une bonne habitude à prendre, lorsque c'est possible, est de déployer la soie dans une zone neutre dans l'air ou sur l'eau. Dans ce cas, on obtient souvent une excellente précision de lancer. Bien sûr, il faut le faire de préférence en utilisant qu' un seul faux-lancer.

Dans la vidéo présentée ci-dessous , je pêche un ruisseau très encombré qui m'empêche de déployer ma soie à l'arrière. Vous observerez, d'ailleurs, que ma mouche ne passe jamais derrière mon corps. C'est évidemment une difficulté supplémentaire sur ce coup.
Dans un premier temps, je lance "la matière" (i.e. la soie) qui va me servir à lancer mon palmer dans une zone où la truite ne sera pas dérangée.
Dans un deuxième temps, je tire sous mon moulinet la soie qui me manque pour atteindre la cible. Enfin, je pose ma mouche dans la veine et à la distance souhaitée de la truite que j'avais vue gober.


.