Pêche à la mouche sèche en eaux rapides, ruisseaux et rivières de montagnes
par Gilles CASSAGNE

Les coups joués: Les contre-courants

Le grand classique des contre-courants.

Le coup présenté dans cette vidéo est un grand classique du genre.
Il est facile à pêcher à condition de se placer sur le côté. L'erreur serait de le pêcher depuis l'aval, car même s'il y a moyen de limiter le dragage à l'aide d'un lancer parachute par exemple, le dérive ne sera pas parfaite, la précision (très importante dans ce cas) moins bonne, le temps pendant lequel la mouche reste "pêchante" est très court et le ferrage moins efficace.

Le temps pendant lequel la mouche reste "pêchante" est très important. Dans ce genre de poste, la truite ne gobe pas toujours immédiatement. Ici, elle met cinq secondes à monter, mais ce peut être encore plus long.

Je ne vais pas décrire l'approche, car elle se voit clairement sur la vidéo (pas très discrète d'ailleurs à cause d'un devers de galets et de l'absence de mon bâton qui sert de pied à mon appareil photo).
Deux points importants sont à noter.

Ainsi, il n'y a que la mouche qui est posée sur l'eau et je peux l'accompagner dans sa dérive.

Je pêche le coup en considérant que la truite est postée contre le rocher en fin de remous. je pose donc la mouche juste en amont sur le rocher, le plus près possible de celui-ci (1 à 2cm). J'ai pris la truite au premier passage.
Dans le cas contraire, il ne faut pas hésiter à faire un ou deux passages supplémentaires surtout si la mouche ne longe pas parfaitement.


.